514 743-9638

Nouvelles


09/11/2015

Selon les données publiées hier par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), le taux de vacance a augmenté de 0,6 % depuis un an dans la région métropolitaine. Il faut remonter à 1998 pour trouver un taux plus élevé, soit 4,7 %. Ce revirement de situation s'explique surtout par le recul du nombre de nouveaux arrivants dans la métropole depuis quelques années, a indiqué Francis Cortellino, chef analyste à la SCHL pour Montréal, en entrevue à La Presse Affaires. « Il y a eu une baisse quand même importante du solde migratoire. Montréal accueillait entre 30 000 et 34 000 nouveaux résidants il y a quelques années, contre 22 000 l'an dernier. » Ce repli de la demande devrait être encore plus marqué cette année, ajoute M. Cortellino. Les prévisions actuelles laissent entrevoir un solde migratoire d'environ 20 000 nouveaux arrivants en 2015 dans la métropole. Par suite de sa remontée, le taux d'inoccupation se trouve au-dessus du point d'équilibre du marché, qui se situe aux environs de 3 %. Pendant les pires années de la crise des années 2000, le taux de vacance était descendu en-deçà de 1 % à Montréal. Les organismes de défense des locataires ne se réjouissent pas pour autant. Ils estiment que la pénurie est toujours bien réelle en ce qui a trait aux grands appartements offerts à bas prix, devenus une denrée rarissime à Montréal. Source: http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201511/03/01-4916820-logements-vacants-retour-aux-annees-90-a-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS1 Article précédent: Le marché immobilier canadien recule légèrement en juin, mais demeure vigoureux 27 July 2015 Prochain article: Le coût des loyers augmente moins rapidement 09 December 2015

Contactez-nous

DB Multi-Logement

514 743-9638